Tourisme dans les Gorges du Verdon

Les Salles sur Verdon - Histoire du village

Les Salles sur VerdonLe village des Salles sur Verdon est "un des plus jeunes village de France", annonce un panneau à l'entrée de la commune. Et pourtant ce village, comme tous ceux du Haut Var, ou de la Provence, naît dans l'antiquité ; mais la spécificité de celui-ci est telle que nous nous concentrerons sur les dernières décennies, quand il a vu sa destinée basculer.

Le lac de Sainte Croix que nous admirons tous aujourd'hui est artificiellement créé par un barrage qui a forcé les eaux à recouvrir une vallée. Au fond de cette vallée, malheureusement pour lui, se trouvait le premier village des Salles sur Verdon. L'idée du barrage est déjà présente en 1930, et un syndicat de défense se créée alors dans le village. A l'époque, le projet émane de la société Schneider. Les Sallois s’opposent énergiquement à cette construction qui va les chasser de leurs terres, de leurs habitations, de leurs racines. Le temps passe, les enquêtes et les réunions s’enchaînent, sans que rien n’aboutisse vraiment. Alors au village, la vie va son train, entre espoir et fatalisme, incertitude ou angoisse.

Premières destructions dans le village en 1974Puis EDF reprend à son compte le projet Schneider, et les choses alors s’accélèrent. En 1967, le 16 janvier, l'enquête parcellaire est déclarée. En mars 1969, un canal de dérivation est creusé dans la vallée. Pendant ce temps, les tractations entre EDF et les habitants se poursuivent, avec les divergences, les cris, la douleur de l'inéluctable pour les habitants… et l'épineux problème des truffières, implantées dans des terres réputées pauvres, mais à la valeur inestimable pour les propriétaires.

Le projet initial prévoit de faire monter l'eau jusqu’à la cote 500, ce qui engloutirait Les Salles sur Verdon et l'île de Costebelle, mais également les villages de Bauduen et de Sainte-Croix, qui sont autant d'opposants à la construction du barrage. Mais une modification intervient et ramène la cote à 482, et Les Salles sur Verdon se retrouve seul pour lutter contre le projet puisqu’il épargne désormais les autres villages. EDF finit bien entendu par gagner la partie, mais la reconstruction des Salles, initialement prévue sur la commune d'Aiguines, sera en fait mise en œuvre sur le plateau de Bocouenne, plus proche du village d'origine.

Dynamitage de l'égliseEn juillet 1970, la première pierre du nouveau village est posée. En novembre 1973, le barrage est mis en eau. Devant la montée lente des flots, l'exode du village commence, et en janvier 1974, les deux derniers habitants des Salles sur Verdon sont évacués par la gendarmerie. Nous pouvons imaginer l'émotion qui étreint alors les Sallois. Les terres noyées peu à peu, la maison natale rasée par les engins de chantiers puis submergée inexorablement, qui disparaît dans les eaux émeraudes. Les morts sont transportés dans le nouveau cimetière, chassés de leur lieu de repos. L’église est dynamitée. Les souvenirs s’engloutissent.

Dans le village actuel, clair, ouvert, aux maisons proprettes et aux rues bien droites, on retrouve des vestiges de l'ancien village : deux lavoirs, une fontaine, quelques encadrements de portes… Mais, surtout, les noms des rues ont été choisis en référence aux lieux-dits portés sur le cadastre de l'ancien village. Pourtant, n’allez pas croire que ces maisons ont été payées par EDF : l'entreprise nationale s’est contentée de racheter les anciennes demeures avec 75% de vétusté, vous imaginez dès lors la différence de prix pour s’offrir une maison dans un village tout neuf…

Les Salles sur Verdon compte une centaine d'habitants l'hiver, mais ce chiffre est multiplié par 50 pendant la saison touristique. Le cadre exceptionnel de ce village aux portes des Gorges du Verdon, avec une vue magnifique sur le lac de Sainte Croix, attire déjà de plus en plus de monde. Lors de vos visites à ce village, ne manquez pas l'exposition permanente consacrée à la construction du barrage et à l'ancien village. Vous y entendrez peut-être un ancien raconter le village englouti, comme cela m’est arrivé…

Les Salles sur Verdon

Les Salles sur Verdon